- Une accro du shopping en voyage mais pas que (part 2) –


Hey ! Toujours là ? Tas rien d’autre à faire ou bien…mes histoires sont tellement bien écrites et si intéressantes que t’arrives pas à décrocher (j’te dis pas cette phrase a tellement gonflée mon égo que j’ai l’impression que je vais quitter le sol)


De retour de  l’épisode culturel, je rentre à l’hôtel, il pleut, je commence à m’ennuyer et en général c’est là que je fais les plus grosses conneries. Quand je me réveille la nuit et que j’en peux plus de galérer, je finis par acheter un truc sur le net dont je n’ai aucune utilité. Quand je fais pas des canulars téléphoniques à mes potes (en journée bien entendu, je ne suis pas cruelle à ce point, quoi que…).


D’abord, je me dis qu’une petite pédicure serait cool avec une pause vernis bien propre, pas comme celle que je fais où ça déborde de partout, oui mais c’est pas de ma faute aussi ! Autant mon gros orteil se porte bien autant ce qui suivent sont ridiculement petits. Sauf que l’hôtel ne propose pas ce genre de service (et on a pris le meilleur de la ville, quand j’ai vu les néons inanimés de loin, j’ai failli tomber à la renverse mais passons). Je demande à la fille de la réception qui elle même demande à sa collègue pour me répondre au final qu’elles n’en ont aucune idée, avec des têtes comme si j’avais demandé un truc de ouf.

Et là j’me dis mais comment font les femmes de cette ville grand Dieu !!! (ouais des fois j’utilise ce genre d’expression, j’aime bien)


Bon bah reste plus que le shopping ma foi. Doudou est en conférence ou je ne sais quel autre colloque organisé par son boulot. Triste de me laisser seule, je lui dis que c’est très bien un peu de distance, allez oust de l’air ça ne fera de mal à personne. Surtout pas à moi qui aie besoin de me retrouver seule avec moi-même (avec tous mes moi mêmes ☺).



Lâchée dans ma jungle préférée, c’est le début du carnage. Faut dire que j’ai un don. A chaque fois que je voyage à n’importe quelle époque de l’année, tu ne sais pas pourquoi je tombe toujours ou presque sur la période de solde du pays. Si l’univers tout entier est contre moi  aussi qu’est-ce que je peux y faire hein ?!


Ça commence par des vernis à ongles, fallait que je renouvelle  les miens et j’ai raté le coche à Paris, je m’en suis souvenu pile au moment où plus rien n’était en promo. Donc j’te dis pas l’aubaine quand dans les Galeries Lafayette local, El Corte Ingles, de son petit nom, je trouve l’objet du délit à partir de 1€, j’ai du en prendre près d’une dizaine. J’ai trouvé des supers couleurs et le must du must un top coat qui rend ton vernis laqué matte. Le kiffe total ! Plus de dilemme entre matte et brillant, ça va me changer la vie comme à chaque fois. Oui, parce que quand j’achète un truc t’as l’impression que mon existence tout entière va radicalement changer. Seule les grands malades du shopping vont comprendre ce truc complétement dément qui fait le bonheur de l’industrie cosmétique et de la mode.


Je continue mon excursion « shoppilistique » plus pour passer le temps qu’autre chose, je traine des pieds, je regarde, je monte les étages, essaie des chaussures, un matelas même – j’avais vraiment rien à faire – Quand soudain, je tombe sur une partie du magasin avec des affiches promettant des remises jusqu’à -70%. Au début, j’me dis cool je vais peut-être trouver un truc pour ma mère, elle avait envie d’une jupe longue et au vu de la tête des fringues en me rapprochant ça avait l’air plus près de son style que du mien - Un truc à savoir, je commence toujours par vouloir faire des cadeaux pour finir par m’acheter que des trucs pour moi, je sais c’est moche mais je dois assumer tellement c’est ce qui se passe  quasiment à chaque fois -


Bon finalement je ne trouve pas et puis mes yeux se posent sur un manteau de couleur un peu spécial (entre le rose et le violet, j’ai du mal à déterminer). Allez je l’essaie, il est à 60€ après « rabajès » et sa coupe a l’air intéressante. Ça fait stylé sauf que j’hésite pour la couleur, c’est le genre de truc où faut pas te planter parce que t’as vite fait de ressembler à Zapata. Bien sûr le doute s’installe, si c’est pour qu’il reste au fond du placard aucun intérêt mais en même temps il a de la gueule. Rhô la la ça me soule mais mon instinct de femme me dit qu’il n’est pas ce prix là. Je vais à la caisse et là c’est la (bonne) surprise, il passe à 30€, youhou c’est la teuf. Du coup je dis à la vendeuse (morte de rire à ma réaction, ouais je fais beaucoup rire les gens avec mes réactions de grosse gogole), de ne pas bouger j’avais vu 2 tops qui pour le coup devaient être eux aussi à un prix défiant toute concurrence. Bingo 10€ chacun et un truc à 16€ mais je ne me souviens plus quoi. On verra au moment de mettre les photos (ou pas).



Résultat des courses, entre Grenade et Jaen. Ah oui parce qu’à Grenade j’ai fait des affaires de malade aussi !! Genre une combi Liu Jo à 40€ au lieu de 200€ et des poussières, entre autres… Soyez pas jalouses et me portez pas l’œil les filles, pas de ça entre nous hein ?!


Donc résultats des courses, je disais donc, j’ai dû acheter un sac en guise de bagage à main et je vais serrer les fesses bien fort pour ne pas payer un excédent trop élevé. Une chose  est sûre je ne partirai pas sans mes bébés (psychopathe de la fringue complet).